Rechercher

Peut-on guérir de la polyarthrite?

Mis à jour : 31 déc. 2019

Cette question est sans doute la + posée sur Google par les personnes atteintes de polyarthrite et je l'aborde d'ailleurs ici dans cette vidéo gratuite.

Depuis la disparition de ma polyarthrite en 1990, je suis régulièrement confronté à la défiance (parfois très violente) d'autrui lorsque j'OSE dire que j'ai guéri de la maladie. Les personnes qui refusent de me croire sont généralement à classer en 2 catégories: -des personnes atteintes de polyarthrite -des membres du corps médical Par conséquent, je me suis dit qu'il pourrait être utile de rédiger un article à ce sujet et tenter d'analyser ce phénomène afin de savoir de quoi il vient vraiment parler au fond. Avant tout, il convient de définir correctement les termes de « rémission » et de « guérison »

Or, quelle meilleure source que le Larousse pour nous éclairer?

Le Larousse définit ainsi la rémission : "Atténuation ou disparition momentanée des symptômes d'une maladie aiguë ou chronique" source: ici Puis il définit ainsi la guérison : "Disparition totale des symptômes d'une maladie ou des conséquences d'une blessure avec retour à l'état de santé antérieur" source: ici Le site « rhumatismes.net » explique, lui, qu' « un patient est dit « en rémission » si aucune activité de sa maladie n’est retrouvée à l’interrogatoire, à l’examen physique et sur les marqueurs biologiques de l’inflammation. On parle de « rémission durable » si l’absence d’activité est constatée sur plusieurs mois. On peut être encore plus exigeant en recherchant une rémission sans traitement. » (...)On parle de « rémission durable » si l’absence d’activité est constatée sur plusieurs mois. On peut être encore plus exigeant en recherchant une rémission sans traitement" Mais aussi : « La guérison signifie que votre maladie est en rémission persistante et ce après arrêt de tous les traitements sans aucune reprise de la maladie. On peut alors considérer que la maladie a disparu et que vous êtes guéri. La guérison peut survenir à n’importe quel moment mais surtout dans les formes récentes et grâce aux traitements actuels » source: ici On pourrait donc assez logiquement en conclure qu'une personne dans mon cas: -ayant souffert de polyarthrite durant plusieurs années -avec un diagnostic médical établi et confirmé par différents médecins rhumatologues -avec une disparition des symptômes depuis 30 ans -avec arrêt total de tout traitement médicamenteux depuis 30 ans ...puisse être considérée comme « guérie » Eh bien chers amis c'est beaucoup + compliqué que cela. Je vais vous raconter 2 anecdotes.

Lors d'une visite médicale professionnelle je devais classiquement décliner au médecin du travail mes antécédents médicaux. Bien entendu j'évoquai la polyarthrite lorsqu'il me demanda si j'avais des antécédents de maladie grave ou chronique. Voici la retranscription approximative du dialogue : -Des antécédents de maladie chronique ? -oui, une polyarthrite rhumatoide juvénile quand j'avais entre 10 et 13 ans -(ricanement condescendant)Donc vous l'avez encore ? -Non elle a disparu depuis -(re-ricanement) Mais vous êtes sous traitement alors ? -Pas du tout. Aucun traitement depuis 31 ans. -(re-re ricanement méprisant en relevant ses lunettes) Mais...voyons monsieur ; ON NE GUERIT PAS D'UNE POLYARTHRITE ! -Eh bien si vous êtes en mesure de remettre en question le diagnostic de 3 médecins rhumatologues différents, le dépistage HLAB27 auquel j'étais positif, le début de destruction bilaterale de mes orteils, chevilles, genoux ainsi que les 2 synovyorthèses que j'ai subies...peut-être ne suis-je pas guéri cher docteur... Le savant docteur se renfonça dans son fauteuil, l'air interloqué puis me dit "Eh bien tant mieux pour vous, vous êtes bien le seul cas que j'ai pu ainsi croiser dans ma carrière." Pourquoi j'évoque cette anecdote très révélatrice ? Parce que si un médecin n'est pas au courant qu'il est POSSIBLE de guérir de la polyarthrite, comment voulez-vous que des patients souffrant de cette maladie le croient et envisagent la rémission et/ou la guérison ? La 2ème anecdote concerne un groupe privé Facebook rassemblant divers malades et anciens malades de la polyarthrite. Un soir, une demoiselle désespérée à qui l'on venait de poser le diagnostic de polyarthrite venait chercher un peu de réconfort sur le fil facebook de ce groupe. Elle lança tel un SOS la sempiternelle question : « svp, est-ce que la polyarthrite se guérit ? » 69 personnes répondirent à son post. 65 lui répondirent que non. 4 (dont moi) seulement lui ont répondu que oui. Beaucoup mélangeaient dans leurs réponses les concepts de manière très floue : « non on en guérit pas mais on la met en sommeil » (qu'est ce que c'est qu'une maladie « en sommeil » ? Mystère...Elle roupille pendant que vous jouez avec vos enfants, que vous vous promenez en forêt, que vous faites vos courses ? Et si le « sommeil » dure depuis des années, des décennies ? C'est de la narcolepsie? Est-elle toujours « en sommeil » ou n'êtes-vous pas juste guéri ?

Ceux qui osaient affirmer qu'ils étaient guéris (et il y en avait d'autres que moi) étaient immédiatement attaqués et leur parole systématiquement remise en question par ceux qui souffraient encore dans leur chair et leur assénaient parfois vertement que c'était impossible de guérir, que maladie pouvait se réveiller à chaque instant chez nous (merci pour la bienveillance!:)) au lieu de se réjouir pour eux et de chercher à en savoir +,etc... Je suis, moi-même, depuis le lancement de ce blog, régulièrement apostrophé à coups de « c'est scandaleux les faux espoirs que vous donnez aux gens » ou encore « comment pouvez-vous affirmer qu'on peut sortir de la polyarthrite alors que TOUT LE MONDE sait qu'on en guérit jamais ? » A les entendre, je devrais donc taire ma guérison et ne surtout pas partager avec autrui les méthodes qui m'ont permis à moi (mais aussi à bien d'autres personnes) de guérir sous prétexte que « tout le monde sait qu'on en guérit pas ». Kafkaïen... Alors pourquoi ces réactions si passionnelles? Pourquoi ce refus d'ouvrir les yeux et d'accepter que certains soient sortis de la maladie quand la grande majorité s'y enfonce chaque jour un peu +....? Il y a bien là matière à s'interroger. Quelle est la responsabilité des médecins dans ce désespoir massif ? De quelle manière le médecin rhumatologue a-t-il annoncé au patient le diagnostic de polyarthrite ? Comment lui a-t-il présenté l'évolution de la maladie ? Le médecin a-t-il seulement laissé une once d'espoir de rémission et de guérison au patient ? La négation-même de ma guérison par ce médecin du travail n'est-elle pas révélatrice du manque d'ouverture d'esprit de ce dernier ? Peut-être même du manque de maîtrise du sujet ? Alors, certes, le corps médical a sans doute sa part de responsabilité. Mais il serait trop facile de ne pas s'interroger sur la responsabilité du malade lui-même... Et là on met le doigt sur un des + grands tabous de la médecine mis en lumière notamment par la psychanalyse à savoir : « les bénéfices secondaires de la maladie » Je ferai prochainement un article sur ce thème ô combien épineux et puissant dans la résolution des maladies chroniques et notamment auto-immunes.

Néanmoins et pour conclure, tout malade se doit de garder espoir dans la résolution de son problème de santé. La clef réside dans la capacité du malade à refuser la pseudo-fatalité et de remettre intégralement son sort entre les mains du médecin. Une pro-activité et une curiosité de chaque instant sont indispensables à l'entretien d'un espoir de guérison. Si tout patient doit, bien évidemment, essayer les traitements conventionnels proposés par les médecins rhumatologues, il n'est pas interdit de jeter un œil à ce qui est proposé via des méthodes alternatives. En matière de science il n'y a jamais AUCUNE certitude. La science ne repose que sur la recherche de consensus établis sur des hypothèses temporaires. Or, les médecins obéissent, bien malgré eux parfois, à ces consensus et nul ne peut leur en faire le reproche. Pour rappel, on observe un taux de succès après 6 mois de traitement conventionnel classique de type METHOTREXATE+BIO-THERAPIES chez 38% des patients (Nb : on entend par « succès » un résultat allant d'une diminution à la disparition des symptômes). J'en parle dans ma video gratuite des « 4 pièges à éviter dans la polyarthrite » ici Mais alors : Quid des 62% restants? ... OD



92 vues

©2019 by Sortirdelapolyarthrite. Proudly created with Wix.com